Copyright © 2010 Site officiel de Jacques Cassabois. Tous droits réservés

Site créé par Judith DELVINCOURT et administré par Martine POGNANT

 Contact  - Plan du site

Maj le 30/04/2017

Le making of de la couv' - Page 3

Page 3 sur 6

Bof ! Rien de neuf. Un peu déçu. En fait, je n’aime pas cette représentation en pied qui rappelle trop les statues des églises. Et puis, l’armure, l’étendard comptent plus que Jeanne elle-même, qui passe au second plan. Je me sens encore plus en porte à faux.


Que dire ? Je suis sorti du rang en parlant. Trop tard pour y rentrer. Mais je ne vais pas donner des conseils de graphisme à des spécialistes !!! Je n’y connais rien. Je ne vais pas non plus faire jouer un droit de préemption, genre « c’est moi l’auteur, c’est moi qui sais, prière de s’aligner ! » Je n’ai jamais pratiqué ce jeu.


Même esquissée, l’image me paraît formelle. Je ne vois pas Jeanne, ma Jeanne, et il me faut bien accepter que, de nous tous, c’est tout de même moi qui la connaît le mieux. Je dois donc utiliser cette familiarité pour nourrir Stéphanie et lui permettre de se construire sa propre vision de Jeanne. Semer à la volée. Sa terre fera éclore. C’est ma seule voie. M’interdire d’asséner des points de vue. Les cafés du commerce en regorgent. Nous vivons une époque de points de vue. Beuark ! Non, pas d’opinions ! Aider Stéphanie à cheminer vers Jeanne, au contraire. Alimenter sa fermentation.


Il faut que je lui écrive.


Mais d’abord, vite une réaction vers Cécile. Je voudrais son avis. Je le trouve en début d’après-midi.


« Ces deux images sont en effet moins bien. Il n’y a plus l’élan ni la fraîcheur de la première esquisse. C’était ce qui m’avait touchée. »


Ouf ! l’unanimité baisse d’un ton. Je me sens moins singulier.


Entre temps, j’ai rédigé ma lettre à Stéphanie. En fait, je la rumine depuis la veille, après la découverte de la première esquisse.

Et j’envoie, avec copie à Cécile et Sophie, pour que l’information circule. J’envoie comme une bouteille à la mer. Je ne connais pas Stéphanie. Nous nous sommes entrevus à Montreuil, l’année de Tristan et Iseut. Nous avons parlé, mais sans prendre le temps de faire connaissance. Comment va-t-elle réagir ? Me voir comme un intrus qui vient empiéter sur son domaine ? J’espère que non. Je ne veux pas l’indisposer.


La semaine s’achève et la suivante aussi. Pas de nouvelles. Stéphanie a-t-elle mis ce travail de côté, pour un autre où l’auteur n’est pas sur son dos ? Ou ce silence est-il le signe que les choses mûrissent ? Je penche pour la deuxième hypothèse. J’ai raison. La confirmation arrive.

Vendredi 7 mai

Texto de Cécile :

Prendre mon temps ? Comme si c’était mon habitude. Tu rigoles, Cécile ! Tu n’y crois même pas. D’autant plus que le message est arrivé à 15.30, que je le trouve à 17.45 parce que mon mobile était coupé et que la cyber ne va pas tarder à fermer jusqu’à lundi.


Je fonce, j’arrive, je m’installe, me connecte, ouvre la pièce jointe et soudain, coup de théâtre. Stéphanie a tout repris. Jeanne est là. Je n’en reviens pas.

Pages… 1 ~ 2 ~ 3 ~ 4 ~ 5 ~ 6