Copyright © 2010 Site officiel de Jacques Cassabois. Tous droits réservés

Site créé par Judith DELVINCOURT et administré par Martine POGNANT

 Contact  - Plan du site

Maj le 20/10/2019

Portrait d'Évariste,  brossé par la mathématicienne Sophie Germain

Lettre du 18 avril 1831, adressée à son confrère Guglielmo Libri


C'est grâce à cet extrait que nous avons connaissance de l'altercation qui a opposé Évariste à Guglielmo Libri, le 20 septembre 1830 à l'Académie des sciences.


Extrait restitué, orthographié, ponctué, conformément à l'original imprimé dans la Revue philosophique de la France et de l'étranger, n° de juillet à décembre 1879, p. 632, pdf 638, source gallica.bnf.fr et CAPHES-ENS, fonds René Taton.

" décidément, il y a un sort sur tout ce qui tient aux mathématiques votre preoccupation celle de Cauchy, la mort de mr fourier pour achever cet eleve Gallois qui malgré ses impertinances annoncoit des dispositions heureuses, en a tant fait qu'il a été chassé de l'ecole normale, il est sans fortune et sa mere en a fort peu. rentré chez elle il a continué envers elle cette habitude d'injure dont il vous a donné à vous-même un échantillon après votre meilleure lecture à l'académie, La pauvre dame a quitté sa maison laissant de quoi vivre mediocrement à ce fils et a été forcée de se placer dame de compagnie pour satisfaire à cette necessité. On dit qu'il deviendra tout a fait fou et je le crains. "

Ces quelques mots précieux m'ont permis d'imaginer la scène qui se trouve développée aux pages 131 à 133 de JE N'AI PAS LE TEMPS.

On dit qu'il deviendra tout à fait fou et je le crains...

Cette phrase donne une idée de la réputation qu'avait acquise Évariste auprès de ceux qui s'étaient montrés intéressés par ses recherches.

Au moment où Sophie Germain écrit cette lettre, Évariste a été renvoyé de l'École normale, a été artilleur de la garde nationale, a couru les rues de manifestation en manifestation, protestant, complotant, et s'apprêtait, trois semaines plus tard, le 9 mai, au cours du banquet des Vendanges de Bourgogne, à porter un toast à Louis-Philippe, dont tous les journaux allaient parler, et qui allait, à l'exception de quelques semaines, le conduire en prison pour le reste de sa vie.