Copyright © 2010 Site officiel de Jacques Cassabois. Tous droits réservés

Site créé par Judith DELVINCOURT et administré par Martine POGNANT

 Contact  - Plan du site

Maj le 30/04/2017

Lignes de Crêtes

Critique parue dans le numéro de janvier 2016 de la revue Ligne de Crêtes, publiée par l'association CDEP (Chrétiens dans l'Enseignement Public)

Quel cycle légendaire plus riche que celui d'Héraclès-Hercule  ? Quel héros plus attachant  avec sa force prodigieuse bien connue, mais aussi ses faiblesses, son impulsivité, ses accès de fureur qui l'amènent plus d'une fois au meurtre  ?

Jacques Cassabois puise librement dans cette vaste matière tout en restant fidèle aux sources antiques et à une bonne documentation énumérée à la fin de l'ouvrage. Il commence son récit avec "  la triple nuit  " d'amour entre Zeus, qui a pris les traits du mari Amphitryon, et la belle Alcmène, son épouse encore vierge  : il s'agit de donner naissance à celui qui doit devenir un héros, un modèle pour l'humanité. Dès le berceau, Héraclès manifeste sa divine origine en tuant deux serpents envoyés par Héra, que Cassabois présente davantage comme une sorte de collaboratrice de Zeus que comme une épouse jalouse et vindicative  : c'est elle en effet qui, par les épreuves qu'elle lui inflige constamment, va pousser Héraclès à se révéler. Notre héros bénéficie d'une éducation soignée  ; il a déjà accompli quelques exploits mais il faut qu'Héra le frappe d'une folie qui le conduit à tuer ses propres enfants pour qu'il se décide à obéir aux ordres de la Pythie en se mettant au service de son cousin Eurysthée afin accomplir ses douze fameux travaux, en guise d'expiation. Ce faisant, il débarrasse bien sûr la terre d'un bon nombre de monstres (le lion de Némée, l'Hydre de Lerne, les oiseaux du Lac Stymphale etc.) mais surtout il apprend à se maîtriser, malgré certaines rechutes, à devenir un héros, c'est à dire un homme accompli. L'attrait essentiel de l'ouvrage pour un public d'adolescents est bien d'avoir transformé la narration d'exploits, dont l'enchaînement pourrait vite sembler fastidieux, en un véritable roman de formation. Une fois libéré de ses douze travaux, Héraclès, victime une nouvelle fois de l'ironie du sort et de sa propre impulsivité commet un nouveau meurtre (par accident) qui lui vaut une année d'esclavage auprès d'Omphale, la reine de Lydie, dont il devient vite l'amant. Pour obéir aux caprices de sa maîtresse (il s'y est engagé solennellement pour expier son crime), il accepte de se vêtir en femme et de filer la laine tandis qu'Omphale revêt la peau du lion de Némée  ! Pour devenir réellement humain, notre héros doit ainsi faire connaissance également avec sa part féminine. Le dernier chapitre est consacré à la fin tragique d'Héraclès, dernière épreuve avant qu'il soit admis sur l'Olympe au rang des dieux.

Le récit est toujours haletant, on s'intéresse au sort du héros et on peut s'identifier facilement à sa quête d'identité et d'humanité. Voilà un ouvrage qu'on pourra conseiller sans réserve à un jeune public et que les professeurs de collège pourront utiliser pour démontrer une nouvelle fois la richesse et l'actualité des mythes antiques. Des cartes précisant l'emplacement géographique des différents travaux, des éléments de bibliographie, un index faciliteront grandement le travail.


Jean-Louis Gourdain,

Rouen