Copyright © 2010 Site officiel de Jacques Cassabois. Tous droits réservés

Site créé par Judith DELVINCOURT et administré par Martine POGNANT

 Contact  - Plan du site

Maj le 30/04/2017

Bouton Les quatre fils de la terre les_quatre_fils_de_la_terre_1991-2.jpg Editions La Farandole 1991 Illustrations de Józef Wilkoń Totem de l’album,  salon du livre de Montreuil

Extrait

Quelques confidences sur l'écriture de ce conte...

Repris par Albin Michel en 1997, après

le naufrage de La Farandole

Collection Petits contes de sagesse

Illustration de Daniel Maja

Extrait

enri Siino avait remplacé Ghylaine Povinah à la direction de La Farandole, juste avant la sortie de Monsieur Pasteur, et mes relations avec lui avaient été d’emblée aussi franches qu’avec elle. C’est lui qui eut l’initiative d’une nouvelle commande. Il était allé faire son marché à la foire de Bologne et en était rentré enthousiaste. Il avait rencontré le printemps, de plein fouet. Un printemps polonais nommé Wilkoń, Józef. Un grand type, puissant, qui distillait dans ses albums pour la jeunesse des images d’une douceur infinie. Ses corbeaux baillaient des arcs-en-ciel. Il te révélait les mystères de la naissance du soleil dans une averse de neige, te déposait sur un cœur de marguerite et te faisait voyager au centre de la terre d’enfance. De la magie pure. Tu en oubliais la technique. Tu te persuadais que le monde était ainsi. Par sa malice, par sa subtilité attendrie, Józef t’accouchait d’une fraîcheur que tu avais égarée dans le labyrinthe emprunté à ta sortie du paradis. Lui, l’avait conservée. Il traversait couramment le passage, allant d’un bord à l’autre de la vie, rapportant de là-bas ses ménageries d’animaux paisibles. Parfois une mélancolie s’échappait, dans le battement de paupières d’un hibou, jetant une ombre sur la candeur. Discrète confidence sur l’état d’esprit du magicien. Forcément, avec tous ces voyages du paradis à la terre des hommes, les retours devaient finir par peser... Et dans le demi-mot du hibou, tu entendais soupirer une vieille patience, fatiguée de supporter l’inconséquence du monde, une amertume, où filtrait comme une mise en garde désabusée.


J’ignore comment s’était déroulée leur rencontre, je n’y assistais pas, mais Henri m’appela, emballé, dès son retour, pour me parler de Wilkón :


— Il a organisé une suite d’images sur le thème des saisons. J’aimerais en faire un album, mais l’histoire n’existe pas. En voyant les illustrations, j’ai pensé à toi. Tu pourrais l’écrire. La Bibliothèque des enfants, organise une rétrospective de son œuvre à Beaubourg et on a décidé de co-produire le catalogue de l’expo. Wilkón sera à Paris la semaine prochaine. Il faut absolument que tu viennes. Tu verrais ses originaux, vous pourriez discuter. Qu’est-ce tu en dis ?


— Que je suis partant. Où, quand, quelle heure ?


La rencontre avec Wilkón avait duré deux bonnes heures, au milieu des bacs à albums de la petite bibli de Pompidou. J’avais apporté un magnétophone pour enregistrer notre conversation. Je ne voulais rien louper de la parole du maître. Je suis toujours ainsi. Assurer, garantir. Si je n’avais pas écrit des livres, j’aurais été fabricant de filets, de garde-fou, de casque de protections en tous genre, de gants, de chaussures à bouts renforcés, de baudriers, de mousquetons.


Quand je dis conversation, c’était plutôt Józef qui parlait, en excellent français. Moi, je me contentais d’écouter, en français également, vu que je ne connais pas d’autre langue, posant une question, de ci de là, pour attester que j’étais bien présent. Le reste du temps, je me dilatais, j’ouvrais grand mes ouïes invisibles, je déployais mes antennes, pour absorber, capter, pomper toute cette substance sensible qui se répandait, la stocker avec doigté, comme un magasinier devant un inventaire de rosées, de fragrances, de lumières, de vapeurs, de contre-jours, de silences, de sourires et de petits sanglots pudiques.

Extrait du chapitre 20, intitulé Requiem, de L’ART DE L’ENFANCE, où vous pourrez retrouver d’autres détails sur la création, la publication, l’envol et... la chute de ce livre.

Prix Octogone les_quatre_fils_de_la_terre_1997-2.jpg les_quatre_fils_de_la_terre_Allemagne_1992-2.jpg

Paru en Allemagne, en 1992,

aux éditions Patmos

Acheter le livre